Malgré l’impact environnemental notable des CMS, ceux-ci sont de plus en privilégiés lors d’une conception de site web. 61% des sites internet sont créés avec un CMS (source W3Tech), une majorité non-négligeable où la question de l’éco-conception web doit être posée.

Cet article est en majorité basé sur le CMS WordPress, sur lequel je travaille. Cependant, les améliorations d’éco-conception sont applicables sur d’autres CMS.

Pourquoi les CMS ont un mauvais impact sur l’environnement ?

Rappelons-le, un CMS est un système de gestion de contenu qui a pour but de faciliter la création de site web, via des interfaces dynamiques plutôt que du code. À partir de ces outils, il est possible de créer un site ou de le modifier presque sans toucher au code. Différents CMS existent notamment WordPress pour le plus connu, Shopify spécialisé dans le e-commerce et bien d’autres.

Ces systèmes de gestion de contenus sont reconnus comme ayant un impact environnemental plutôt néfaste. Le principe même de créer un site en utilisant des interfaces revient à ajouter du code à du code. Malgré cela, il est possible d’éco-concevoir un site internet réalisé avec un CMS et les avantages sont bien sûr multiples. Regardons un peu plus en détails.

L'éco-conception web avec un CMS

Pas de visualisation globale du code

Créer un site sans le coder ne permet pas à celui qui le conçoit de visualiser la longueur du code. Derrière une interface, tout nous paraît simple et sans impact. Mais le code, lui, est bien réel. C’est là aussi le piège des CMS : la facilité nous fait ajouter plus au site qu’il n’en faudrait et nous ne voyons pas l’impact direct.

Dans une démarche d’éco-conception (avec ou sans CMS), un site est fini lorsqu’il n’y a plus rien à enlever – et non à ajouter.

L’impact des extensions ou plugins

Sur la plupart des CMS, il est possible d’ajouter des extensions ou “plugins” proposant des nouvelles fonctionnalités (formulaire, bannière cookies, SEO…). Ces extensions sont attractives mais utilisent du php pour fonctionner. Là aussi, derrière une interface nous ne nous rendons que peu compte de la longueur de code nécessaire à leur déroulement. Cependant, l’accumulation d’extensions à tout-va peut avoir un impact négatif au niveau environnemental et sur la performance du site.

Solution : dans le cadre d’une éco-conception d’un site avec CMS, limitez à l’essentiel l’utilisation de plugins. Dans le cas où l’ajout d’une fonctionnalité est nécessaire ou préférable, vous avez plusieurs options pour limiter son impact :

  • Écrire directement le code de la fonction que vous souhaitez ajouter dans votre fichier functions.php. Ainsi, vous pouvez écrire vos lignes de code et avoir la main sur votre fonction. Vous connaîtrez alors sa longueur et pourrez la modifier pour réduire son poids, si besoin. Vous avez accès à ce fichier depuis votre gestionnaire de fichier. Pour WordPress, vous avez aussi accès à ce fichier dans la section “Éditeur de thème”. 
  • Installer le plugin voulu puis modifier son code dans “l’éditeur d’extension” (WordPress). Vous pourrez ainsi visualiser le code nécessaire à l’extension et le minimiser s’il y a la possibilité. 

L'impact des thèmes dans l'éco-conception web avec CMS

Lorsque l’on conçoit un site sur WordPress ou un autre CMS, nous utilisons un thème ou template. Cette base de notre site a elle aussi un impact car c’est sur elle qu’il va reposer. Le choix de ce template est donc important. Son style, ses animations et ses fonctionnalités intégrées définissent son poids. 

Solution : préférez alors un template plus léger et minimaliste. Vous pourrez en trouver sur n’importe quel plateforme de vente de thèmes. Choisissez un thème avec peu d’animations et limitant l’utilisation d’images. Faites cependant attention aux annonces mensongères qui prônent un thème plus léger sans qu’il ne le soit vraiment. Pour choisir un thème performant et ayant peu d’impact environnemental, vous pouvez le tester avec différents outils d’éco-conception.

Les fichiers CSS, HTML et Javascript

Dans la conception de n’importe quel site web, les fichiers HTML, CSS et Javascript s’accumulent. En partant du principe que chaque caractère dans votre code équivaut à 1 octet, chaque ligne a un impact. Veillez alors à minifier votre code en limitant les déclarations inutiles, les commentaires ainsi que les espaces. Plusieurs outils existent sur Internet notamment Unused CSS ou Minifier.org.

Quelles autres bonnes pratiques d’éco-conception ?​

Voici donc  quelques pistes et bonnes pratiques d’éco-conception web dans l’utilisation d’un CMS. Aussi, nombreuses sont les bonnes pratiques réplicables sur un site avec ou sans CMS. Je vous renvoie alors vers mon article lié sur les pratiques de l’éco-conception web qui traite plus en profondeur les questions de design et d’hébergement. J’espère que ces pratiques vous inspireront à concevoir un site avec plus de sobriété. N’hésitez pas à me partager les vôtres dans les commentaires.

A propos de l'auteur

Alizée Colin

Fondatrice & auteure

Etudiante dans le secteur du numérique, j’aspire à recentrer le web et ses outils dans un objectif de bien commun, tant bien environnemental que social. Nous sommes dans une ère où nous nous devons de réinventer notre manière de concevoir et de communiquer. Le numérique responsable en fait partie. Alors, changeons les choses !

Voir tous les articles