De nos jours, l’impact environnemental d’un produit est de plus en plus mesurable et donc réfléchi par ses concepteurs. On voit de plus en plus de produits respectueux de l’environnement dans notre vie de tous les jours : aliments bio, cosmétiques naturels ou encore vêtements éthiques. Mais un secteur peine encore à adopter la démarche : le numérique. Pourtant, le secteur émet à lui seul 3,7% des émissions de gaz à effet de serre mondiaux, l’équivalent du secteur aéronautique. Alors essayons de comprendre ce que peut être une conception écologique dans le numérique.

Définition de l’éco-conception

L’éco-conception d’un produit, dans sa définition, vise à intégrer l’aspect environnemental lors de son cycle de vie. Ce cycle est composé de plusieurs phases :

  • la recherche et l’extraction des matières premières
  • la fabrication du produit à partir de ses matières premières
  • le transport du produit créé
  • la distribution du produit
  • l’utilisation du produit fini
  • la fin de vie du produit

Dans le cas d’un produit éco-conçu c’est dans chacune de ses phases que l’aspect environnemental peut être intégré. Le but est de limiter l’impact négatif du produit sur l’environnement.

Définition de l’éco-conception web

L’éco-conception web vise donc à réduire l’impact environnemental d’un site internet lors de tout son cycle de vie, de sa fabrication à son utilisation. Pour un site internet, le cycle de vie peut s’apparenter à ces phases :

Les matières premières sont tout le matériel nécessaire pour concevoir le site. Il s’agit de l’infrastructure informatique, des ordinateurs utilisés par les développeurs, les designers ou toute personne travaillant à la conception du site web. Si l’on prend en compte l’aspect environnemental, il est important d’allonger la durée de vie des appareils et, lorsqu’ils sont en fin de vie, de les recycler ou de les réparer. Je vous invite à vous documenter un peu plus avec cet article dédié.

La fabrication du produit est la phase de conception et de développement du site. C’est d’abord la réflexion UX sur l’arborescence du site, le choix des pages, du contenu et du design. Pour le développement du site c’est donc le choix des différents langages utilisés et l’optimisation du code. C’est là aussi que vient la décision d’utiliser un CMS ou non. Beaucoup d’actions et de décisions lors de cette phase auront un impact sur l’efficience environnementale du site web. Ce qu’il faut retenir pendant cette conception est que la simplicité paie, que ce soit pour le référencement du site, pour sa rapidité, pour l’expérience utilisateur ou pour son impact environnemental. Il y a beaucoup de choses à dire sur cette phase, je vous invite donc à aller voir cet article.

Le transport du produit créé vers son utilisateur est, dans le cadre d’un site web, l’hébergement. En effet, c’est grâce aux serveurs qui hébergent le site web que l’utilisateur peut y avoir accès. Le choix de l’hébergeur est donc primordial dans la démarche d’écoconception web. Privilégiez les hébergeurs notés PUE <1,5, respectant les normes ISO 14001 ou 50001.

La distribution du produit, dans le cadre d’un site internet, est les moteurs de recherches et navigateurs. Il existe des moteurs de recherches comme Ecosia qui sont plus respectueux de l’environnement. Vu que cela dépend des utilisateurs, nous n’avons que peu de contrôle sur cet aspect là.

L’utilisation du produit fini est la phase de navigation des utilisateurs sur le site web. C’est là que tous les efforts faits en amont vont porter leurs fruits. Plus le site web aura été bien écoconçu plus l’impact environnemental à chaque visite sera limité. 

La fin de vie du produit est la phase de refonte du site (s’il y en a une) ou de suppression de celui-ci. Là aussi, si refonte il y a, les efforts faits en amont vont la rendre plus facile. Dans le cadre d’un site web écologique, il ne doit pas y avoir de refonte à tour de bras car le site web a été conçu pour durer dans le temps et à travers les tendances graphiques. Cependant, si une refonte est nécessaire, celle-ci doit à tour de rôle permettre au site de se maintenir dans le temps. Dans le cas de l’arrêt total du site, il faut alors supprimer toutes ses données ainsi que son hébergement pour ne pas continuer à avoir un impact environnemental. En effet, si le site n’est plus visité ou n’est plus utilisé par ses créateurs, cela ne sert à rien de le laisser sur le web. 

Les avantages

L’impact environnemental d’un site web se mesure avec la quantité d’électricité qu’il a besoin pour tourner, ses émissions de CO2, son besoin en bande passante ou encore le nombre de requêtes au serveur. Toutes ces mesures vont aussi avoir un impact sur la performance d’un site web. Si un site web est conçu de manière écologique, celui-ci s’avérera automatiquement plus léger. Un site internet plus léger aura un meilleur temps de chargement, un meilleur référencement (Google n’aime pas les sites lourd) et une meilleure expérience utilisateur. Aucun doute, personne n’aime arriver sur un site lent qui prend du temps à charger. 

En avantage recherché et certain il y a bien évidemment un impact environnemental réduit. Pour exemple, Romain Petiot, fondateur d’I Have a Green, agence d’éco-conception web, a réalisé une refonte du site web de la Sape connectée. Dans une conférence, il donne les résultats : -88% pour le poids de la page, -55% d’émission de gaz à effet de serre estimé, -36% en consommation d’électricité et – 95% en temps de chargement de la page. 

Toutes les petites actions combinées ont un impact sur l’utilisation au quotidien d’un site internet. Il reste à savoir si l’on veut que cet impact soit positif ou négatif. Un produit éco-conçu s’avère avoir plus d’impact positif sur tout aspect de son cycle de vie. Il est maintenant possible et nécessaire d’aller vers cette forme de conception pour améliorer notre expérience sur le web et limiter l’impact négatif du numérique sur l’environnement. 

A propos de l'auteur

Alizée Colin

Fondatrice & auteure

Etudiante dans le secteur du numérique, j’aspire à recentrer le web et ses outils dans un objectif de bien commun, tant bien environnemental que social. Nous sommes dans une ère où nous nous devons de réinventer notre manière de concevoir et de communiquer. Le numérique responsable en fait partie. Alors, changeons les choses !

Voir tous les articles