Avec un lancement prévu pour cet automne, la France s’est engagée dans une course technologique qui peut avoir de graves impacts environnementaux et sociétaux. Dans ce dossier, creusons un peu plus sur l’avènement de la 5G et ses impacts. La 5G est-elle un danger environnemental ?

Sommaire

  • La 5G, un danger environnemental dans sa fabrication
  • Des antennes plus économes ?
  • Apparition de nouveaux usages et services
  • Des smartphones compatibles avec la 5G
  • Explosion de l’Internet des Objets
  • Usage et trafic en expansion

Des infrastructures coûteuses pour l’environnement ?

La 5G, un danger environnemental dans sa fabrication

Comme c’est le cas pour tout appareil ou infrastructure high-tech, les équipements nécessaires au déploiement de la 5G polluent lors de leur fabrication. L’implantation d’antennes 5G aux quatre coins de la France va multiplier le minage de matières premières. Les composants high-tech, faits de minerais, substances toxiques et terres rares, ont déjà un impact environnemental considérable avant même que l’antenne ne soit installée. Ces matières premières demandent beaucoup d’énergie, d’eau et polluent les sols lors de leur extraction.

Du fait de leur fonctionnement différent, il faudra 4 à 5 fois plus d’antennes 5G pour couvrir la même zone qu’une installation 4G. Ce changement de couverture va faire exploser le nombre d’antennes nécessaires et, de ce fait, leurs composants polluants. D’après une étude du cabinet Tactis, cela reviendrait à déployer 30% d’installations supplémentaires, notamment dans les zones urbaines et périurbaines. L’Arcep, l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, a pour objectif d’équiper 10 500 sites d’ici 2025. Un boom de high-tech qui ne sont pas en phase avec les besoins environnementaux.

Des antennes plus économes ?

Un des dangers environnementales de la 5G est la question énergétique. Quelle est l’efficacité énergétique des équipements 5G ? Il s’avère qu’ils le sont plus que les équipements 4G. En effet, contrairement à la 4G, les antennes 5G ne rayonneront pas en continu. Celles-ci vont aussi avoir un rayonnement plus dirigé vers l’utilisateur et non dans toutes les directions en permanence, comme c’est le cas de la 4G. Ces détails importants font des antennes 5G celles qui sont plus économes.

Cependant, au vu de l’augmentation constante du trafic de données, notamment du streaming, la 5G en elle-même ne sera pas plus économe que la 4G. L’efficacité énergétique et l’augmentation des connexions vont donc vraisemblablement se compenser.

Une évolution de consommation et de services

Apparition de nouveaux usages et services

Gauthier Roussilhe, dans son rapport “La controverse de la 5G“, explique l’objectif de la 5G : “le facteur technologique en théorie économique a deux effets distincts et parfois superposables : soit la “technologie” sert à optimiser  et  réduire  les  coûts  de  production,  soit  elle  sert  à  créer  de  nouveaux marchés et de nouveaux usages.” Dans le cadre de la 5G, son déploiement sert le deuxième objectif. En d’autres termes, beaucoup de services et d’usages qui n’étaient pas possibles avec la connexion 4G, vont se créer. On parle notamment d’évolution dans l’industrie, la santé et l’explosion prévue de l’Internet des Objets. Autrement dit, une évolution technologique entièrement dirigée vers une surconsommation d’appareils.

Des smartphones compatibles avec la 5G

Pour pouvoir avoir accès à la 5G sur son smartphone, celui-ci doit être compatible. Selon Hugues Ferreboeuf, directeur du projet “Sobriété numérique” au sein du think-tank The Shift Project, la consommation de smartphone ne va qu’augmenter : “nous prévoyons une augmentation de la vente de smartphones de l’ordre de 15% dans les années à venir, seulement à cause de la 5G.” Pour rappel, d’après une étude de GreenIT.fr, la pollution numérique est due aux ¾ à la fabrication des appareils électroniques. En France, les emissions de gaz à effet de serre d’un appareil est due à 80% à sa fabrication, d’après une récente étude de GreenIT.fr. Augmenter leur consommation aura des conséquences colossales sur l’environnement : polluant les sols, l’air et intoxiquant nos populations. La 5G, de part sa production nécessaire d’appareils, est un danger environnemental.

Éxplosion de l’Internet des Objets

D’après Alain Sibille, chercheur et professeur à Télécom-Paris, “si la 5G promet de meilleurs débits, ses usages iront bien au-delà du smartphone. Celle-ci va également améliorer la communication de machine à machine”. Cela veut dire que les possibilités et capacités de nos objets connectés vont grandir, nous emmenant alors dans un quotidien entièrement connecté. Que ce soit sa vitesse, sa fiabilité ou son débit, la 5G va service de base clé pour l’expansion de nouvelles technologies, toujours plus connectées : “A l’avenir, on verra donc les voitures autonomes communiquer entre elles, par exemple”

L’explosion de l’Internet des objets va avoir de graves conséquences environnementales. Nous apprenons, un peu plus chaque jour, la pollution créée par nos objets connectés et leurs connexions continues. Si celle-ci, de par le déploiement national et international de la 5G, tend à s’accentuer, l’impact environnemental du numérique pourrait alors s’aggraver.

Usage et trafic de données en expansion

Qui dit meilleur débit, dit accentuation des usages du numérique. Les capacités du réseau étant meilleures que la 4G, le trafic de données va augmenter. Dans son rapport, Gauthier Roussilhe expose une augmentation de trafic allant de 100 à 1000 fois dès 2025-2030. Cela amènera à une charge serveur colossale pour stocker toutes les données. D’autant plus que pour consulter des informations sur différents appareils (comme c’est le cas pour l’Internet des objets), il faut stocker les données sur plusieurs serveurs, simultanément. 

Même si, avec la 5G, le transfert de 1 Gbit (0,125 Mo) par le réseau mobile consomme moins d’énergie qu’avec la 4G, la technologie va nourrir un effet rebond : la technologie en elle-même consomme moins que l’ancienne mais l’amplification des usages du réseau va compenser les économies d’énergie faites.

La 5G, un danger environnemental face aux engagements français ?

Est-ce que le lancement de la technologie 5G est en phase avec les mesures de l’Accord de Paris ? La réponse est non. Cette course technologique, menée à l’internationale avec la Chine en tête, ne va pas permettre de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés d’ici la fin du XXIème siècle. Au contraire, au vu de ce qu’il a été évoqué, celle-ci va ouvrir les portes d’un quotidien ultra-connecté et d’une surconsommation d’appareils.


D’après Gauthier Roussilhe, “pour être conforme à l’accord de Paris, le numérique devrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 5% par an, or elles augmentent de 8% par an. Nous accumulons donc un retard de 13%.” Ces chiffres sont clairs : nous devons réduire l’impact environnemental du numérique. Face à ça, la 5G est un danger environnemental et ne semble pas nous emmener dans la bonne direction.

A propos de l'auteur

Alizée Colin

Fondatrice & auteure

Etudiante dans le secteur du numérique, j’aspire à recentrer le web et ses outils dans un objectif de bien commun, tant bien environnemental que social. Nous sommes dans une ère où nous nous devons de réinventer notre manière de concevoir et de communiquer. Le numérique responsable en fait partie. Alors, changeons les choses !

Voir tous les articles